Pourquoi choisir la médiation ?

« Il n’y a pas deux hommes qui ne se comprennent pas. Il y a simplement deux hommes qui ne s’entendent pas »

Proverbe Wolof
la médiation : une approche dynamique qui s'adapte aux différentes situations
ODB_Mediation_15_Responsabilite

Responsabilité

La médiation est une démarche responsable qui permet d’entendre le point de vue de l’autre et petit à petit de faire évoluer son propre regard sur la situation. Elle aide les personnes à puiser les ressources nécessaires en elles-mêmes pour renouer le dialogue, apaiser le conflit, se projeter dans l’avenir et co-construire une solution qui convienne à chacun.

Impartialité

Accompagnées par un tiers indépendant et impartial, le médiateur, les personnes se réunissent dans un espace neutre et peuvent s’exprimer en confiance et en toute confidentialité. Peu importe leur âge, position familiale ou niveau hiérarchique, la parole des uns et des autres est égale.

La médiation est une démarche volontaire et coopérative de résolution amiable des conflits fondée sur :

  • La confidentialité des échanges : elle conditionne la sécurité et la confiance nécessaires à l’expression de chacun et à la restauration d’un dialogue
  • La liberté : participer volontairement à la médiation est essentiel pour avancer et coopérer
  • La responsabilité : chacun prend sa part dans les difficultés et est acteur de ses choix et de ses actions.

La médiation, à quel moment ?

« Tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime »

Jacques Salomé

La médiation est appropriée lors de tensions dans la vie du couple ou de la fratrie – lorsqu’apparaissent des problèmes intergénérationnels ou de succession par exemple.  Elle a également toute sa place lors de ruptures de communication dans le monde du travail, en entreprise ou en association ou bien entre voisins.

Au cœur d’une crise familiale, d’une séparation entre associés ou d’un divorce, la médiation permet d’accompagner les protagonistes dans la reprise d’un dialogue et la construction d’accords.

Choisir la médiation c’est oser regarder le problème en face pour trouver des solutions, un choix souvent difficile.

Ce choix peut être celui d’une seule des personnes en conflit, l’autre personne n’ayant pas, à ce moment-là, la même motivation.

La médiation n’est alors pas possible car elle repose sur la liberté de participer de chacun.

Un accompagnement individuel par le médiateur peut alors aider à apaiser la situation, voire préparer un moment plus propice à la médiation.

La médiation peut être engagée spontanément par des personnes en difficulté, elle peut aussi être conseillée par un expert, un avocat, un notaire

Elle peut figurer dans une clause de contrat ou être préconisée par un juge.

Dans un contexte judiciaire, la médiation peut intervenir à tout moment : avant, pendant ou après un procès.

Dans ce cas, elle suspend le cours du procès, interrompt la prescription ce qui préserve les droits des parties.(

Accepter le mystère de l’autre

Un processus structuré et dynamique qui s'adapte aux différentes situations

« Ce ne sont pas les événements de leur vie qui troublent les humains mais les idées qu’ils s’en font »

Épictète
Dépasser le rapport de force
Les sujets peuvent être d’ordre :
  • familial,
  • professionnel
  • de voisinage
  • conjugal,
  • successoral,
  • commercial,
  • de consommation,

Suivant les personnes et les situations, lors des rencontres de médiation, tous les aspects du conflit et de la relation peuvent être évoqués : humains, émotionnels, matériels, financiers etc.

La médiation, pour qui ?

« Nommer c’est dévoiler, dévoiler c’est agir »

Simone de Beauvoir

Dans un cadre privé, la médiation permet particulièrement d’échanger sur les non-dits, aussi douloureux soient-ils, les difficultés de communication, les préoccupations et besoins respectifs. 

Elle permet d’arrêter la guerre et de faire émerger d’autres modes de relation, de communication.

Dans un cadre professionnel, la médiation permet de restaurer la confiance et l’humain dans les relations de travail, d’éviter l’escalade et de trouver des solutions au cœur de la relation. 

Elle peut impliquer les acteurs d’une même organisation (médiation intra-entreprise) ou d’organisations différentes (médiation inter-entreprises). Des médiations de projet peuvent aussi être conduites entre différents acteurs impliqués dans une même mission.

La médiation contribue à prévenir les questions de souffrance au travail. Elle a toute sa place dans les situations d’allégations de harcèlement.

Elle permet, pour l’employeur,  de répondre à ses obligations de prévention des risques psycho-sociaux (RPS) et à ses préoccupations de qualité de vie au travail (QVT).

Au delà de la prévention ou de la résolution de différends, par sa dimension humaniste, la médiation soutient le lien social et favorise la culture du dialogue. Elle peut devenir un vecteur de transformation de processus, de management, d’organisation, de coopération, d’intelligence collective et plus largement, de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

La médiation peut également s’exercer dans le cadre d’un l’achat de biens ou de prestations de service fournis par un professionnel. Le consommateur peut alors faire appel à une entité de médiation de la consommation agréée auprès de la Commission d’Evaluation et de Contrôle de la Médiation de la Consommation (CECMC), sous réserve de certaines conditions d’éligibilité.

La médiation, comment ça se passe ?

 « Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi et cet ennemi devient votre associé »

Nelson Mandela

Que votre démarche de médiation soit à titre privé ou professionnel, une première rencontre, physique ou téléphonique, permettra d’échanger sur le contexte et de vérifier que la médiation convient à la situation.

Après s’être assuré de la volonté de chacun de participer à la médiation, une convention est signée fixant le cadre et les modalités pratiques et financières.

Suivant les situations, des entretiens individuels sont proposés, permettant à chacun de s’exprimer seul avec le médiateur et de préparer la rencontre commune de médiation. Ces entretiens durent environ 1,5h.

Une rencontre commune est alors organisée.
Une seule peut suffire mais il peut y en avoir 2 ou 3, parfois davantage.
Ces rencontres permettent d’échanger sur tous les sujets qu’ils soient relationnels ou très concrets. Elles durent en moyenne 2h.

Ces séances peuvent être proposées par téléphone ou visioconférence lorsque la situation est appropriée.

Avocats, experts ou toute autre tierce personne utile à la médiation peuvent être associés à ces rencontres.

Au cours de ces entretiens, les personnes, accompagnées par le médiateur, vont prendre le temps de s’écouter, d’exprimer leurs émotions, leurs préoccupations, leurs besoins. Idées, solutions ou accords peuvent peu à peu être élaborés ensemble, formalisés ou non suivant les situations.

Les avocats peuvent relire, modifier ou rédiger ces accords. S’ils sont homologués par le juge, ils ont la même force exécutoire qu’une décision de justice.

Regarder la situation différemment - ODB Médiation

La médiation encadrée par la loi

1995 : institution de la médiation judiciaire en France (Art 131-1 et suivants Code de Procédure Civile).
2002 et 2004 : médiation judiciaire dans le domaine familial de l’autorité parentale et du divorce.
2011 : institution de la médiation conventionnelle européenne en France (Art 1530-1 et suivants Code de Procédure Civile).
2015 : obligation, avant toute procédure judiciaire, « d’effectuer des diligences pour tenter une résolution amiable du litige » (droit du travail, droit commercial, baux d’habitation).
2016 : médiation proposée par les Conseil des Prud’hommes ; dans les juridictions administratives.
Institution de la médiation de la consommation.
2018-2022 Loi de programmation et de réforme pour la justice : obligation de tentative préalable de conciliation, médiation ou procédure participative pour les affaires dont est saisi le tribunal judiciaire lorsque la demande n’excède pas 5000 € ou concerne un conflit de voisinage.

Combien coûte une médiation ?

La rémunération du médiateur est déterminée d’un commun accord avant de démarrer le processus. Elle est formalisée dans la convention de médiation.
Selon les situations, elle est forfaitaire ou calculée en fonction du temps passé sur la base d’un tarif horaire.

Sa répartition entre les personnes en médiation est à définir en amont. Par défaut, le prix est réparti par moitié.

Dans le cas des médiations judiciaires, c’est le juge qui détermine le montant de la provision.
Sa répartition figure dans l’ordonnance de décision ou la convention de médiation. Elle peut être couverte par l’Aide Juridictionnelle.

La plupart des contrats d’assurance de protection juridique incluent une prise en charge financière du coût de la médiation.